Accroître sa délivrabilité avec des réponses aux emailings

Le premier objectif d’une stratégie emailing concerne toujours la délivrabilité, elle conditionne l’ensemble de la chaîne de valeur.

Le message ne passe pas ou il est délivré en spam, les retours ne sont pas au rendez-vous.

Une base propre, une fréquence bien réglée, une segmentation… sont les premiers éléments mis en place pour y parvenir.
Mais il existe d’autres méthodes, l’une d’entre elles, concerne la réponse à un message.
Elle influe sur la délivrabilité et toutes les réponses n’ont pas le même poids.
Certaines vont même dans le sens contraire et font perdre de la délivrabilité.

I Pourquoi les réponses influencent-elles sur la délivrabilité ?

Il suffit de remonter aux origines de l’email.
Il a été créé pour un dialogue entre des personnes.
Dans ce cadre, un email envoyé avait en grande probabilité de recevoir une réponse.
Elle constituait un signal pour indiquer un intérêt pour le message envoyé.

Puis, les emails commerciaux sont apparus.
Sur ce type d’envois, le nombre de réponses était quasiment nul.
C’est pourquoi lorsque des personnes répondent à des messages envoyés en masse, c’est un signal positif pour les filtres antispam.


Pour approfondir : suivre sa délivrabilité

II Quelles sont les mauvaises et les bonnes réponses ?

Les filtres font un tri entre les réponses automatiques et les autres.
Les réponses pour indiquer qu’une adresse est en erreur, ne sont bien sûr pas comptabilisées comme des réponses positives.

L’impact des réponses précisant une personne en congé maternité, un départ en retraite, des congés dépendent de la configuration des filtres.
Ils peuvent être assimilés à des erreurs (une connotation négative) ou au contraire obtenir des points positifs.
Et pour finir, la réponse du destinataire accorde toujours des points positifs.
Il est donc intéressant de chercher des moyens de l’obtenir.

III La fréquence de la demande

Il existe bien sûr une fréquence pour demander ce type de réponses.
Il est déconseillé de requérir une réponse sur chaque email.
Sauf un appel à l’action, de type si vous souhaitez plus d’informations sur nos prestations, il suffit d’un simple appel au « numéro de téléphone » ou une réponse à ce message pour en savoir plus.

Autrement, tout dépend de la fréquence d’envoi principale.
Sur un envoi toutes les semaines, cette tactique est utilisée tous les 2 mois ou 3 mois au plus.
Sur une fréquence de plus de 3 envois par semaine,  une réponse tous les mois est le seuil maximal.

IV 5 idées pour une interaction avec la liste

Ces 5 idées permettent d’accroître la délivrabilité.
Vous envoyez des signaux positifs aux filtres antispam, ils comprennent que les messages suscitent de l’intérêt.

IV.1  Idée n°1 – Le destinataire pose une question pour une réponse dans un prochain envoi

La liste porte sur un sujet.
Vous demandez simplement à vos destinataires de répondre au message en posant une question.

2 possibilités, l’ensemble des questions recueillies est traité ou uniquement les questions les plus représentatives (lorsqu’elles sont nombreuses).
Lorsque la volumétrie des réponses est faible (seuil à définir selon les ressources internes), il est aussi possible d’écrire une réponse personnalisée à chacun.

IV.2 Idée n° 2 – La résolution d’un problème, d’une énigme

Le côté ludique est bien accueilli.
Vous rédigez une énigme et vous activez le levier de la curiosité.

Dans la majorité des cas, la réponse est donnée lors du prochain envoi ou est divulguée uniquement lorsque le destinataire en fait la demande.

Il est aussi possible d’utiliser une histoire.
Elle est coupée lorsque l’action est à son comble ou juste avant le dénouement.
Là encore, il faut répondre à l’email pour connaître la suite.
L’automatisation de la réponse est conseillée pour obtenir une réponse quasi-instantanée.

augmenter sa délivrabilité

IV.3  Idée n°3 – Le vote ou l’avis

Une réponse est moins ergonomique comparé à un clic sur un lien.

Par contre, une réponse entre dans une stratégie de maximiser sa délivrabilité.

La méthode la plus simple pour le répondant est de lui fournir un nombre de liens équivalent aux options de vote.
Il clique simplement sur le lien correspondant à son choix.

Avant d’utiliser cette tactique, il est donc essentiel de s’interroger :
délivrabilité ou nombre maximal de réponses.
Et de réaliser son choix selon son objectif.

Sujet polémique, idée reçue

Le second cas est de débattre d’un sujet polémique ou de discuter sur une idée reçue.
Sur ce type de sujet, des personnes vous indiquent leur opinion, souvent un désaccord ou remercient pour un nouvel angle insoupçonné jusqu’alors.

IV.4 Idée n°4 – La recherche d’une certaine population

Les témoignages, la relecture d’un document, les tests d’une solution logicielle… les idées sont nombreuses.

Vous demandez à votre liste d’accomplir une action, de vous apporter une aide.
En contrepartie, il existe une incentive ou un cadeau pour remercier les participants.
Ceux qui sont intéressés répondent au message.
Ils sont ensuite contactés pour réaliser l’action.

IV Idée n°5 – Compléter une liste ou partager une astuce

Vous citez une liste d’outils ou simplement un outil.
Vous demandez à votre liste d’indiquer s’ils connaissent d’autres outils et leur opinion sur le sujet.

Les réponses feront l’objet d’un article, les sociétés ou les personnes qui ont participé, sont citées suite à leur accord.
Les astuces aussi se prêtent bien à ce type de demande.
En B2C, une des newsletters sur l’art est spécialisée sur la visite du patrimoine.
Elle montre un élément peu courant et demande à sa liste, si elle a déjà vu cette singularité sur un autre monument.
L’imagination est la seule limite à obtenir des réponses…

FAQ – 3 questions fréquentes sur les réponses aux envois pour une délivrabilité maximale

Q1 – Quel est l’autre intérêt d’interroger ma liste hormis la délivrabilité ?

En email marketing, la vente s’effectue à travers une audience.
Il est donc intéressant de la mesurer.
Le nombre de réponses et leur qualité est un très bon indicateur pour connaître la réactivité de la liste.

Un manque de réponses s’explique par une mauvaise qualification de la cible ou un contenu à revoir.

Q2 – Pourquoi faut-il varier les demandes ?

Lorsque les demandes de réponses sont toujours identiques, il existe une lassitude de la cible.
Il est aussi important d’étudier une fréquence comme il a été expliqué.
Le nombre de demandes dépend bien sûr de la connivence avec la liste.

Q3 – Les professionnels répondent aussi à ce type de demande ?

Il est plus facile de susciter des réponses sur une liste B2C qui concerne une passion.
Les professionnels sont enclins à donner leur avis pour montrer leur expertise sur un sujet, pour se mettre en avant.
La curiosité est un des leviers les plus forts pour inciter les réponses.
Enfin, le contenu de qualité est toujours très prisé en professionnel.

Conclusion sur la délivrabilité.

Une erreur sur un lien, une coquille… génèrent aussi des réponses. Par contre, elles apportent une perception négative de l’image de l’émetteur du message.
Elles ne sont donc pas à susciter de manière volontaire.

Les réponses sont à utiliser environ sur 1 message sur 10 au plus. Elles sont en mesure de qualifier la qualité de votre audience.
Attiser la curiosité, flatter l’égo, démontrer la valeur du contenu sont des incitations à répondre.
Cette technique fait partie de celles utilisées par les experts en email marketing pour accroître la délivrabilité.
Celle-ci est une brique incontournable dans la réussite de ses campagnes d’emailing.


Quel est votre profil emailing ?  : je renseigne le quiz

7 réflexions sur “Accroître sa délivrabilité avec des réponses aux emailings”

  1. Merci pour ces astuces. Je retrouve un certains nombres de ces techniques dans certains posts type LinkedIn pour améliorer les interactions. En effet, il n’y a pas de limites pour se renouveler.

  2. Ton article très instructif pour améliorer la délivrabilité des emailings. Tes conseils sont clairs et faciles à mettre en œuvre. Un excellent guide pour quiconque souhaite optimiser ses campagnes d’emailing et assurer une meilleure interaction avec son audience. Merci pour ces astuces précieuses !

  3. J’avais toujours peur de recevoir un mail en retour sur une série des lettres automatisé, pour simple raison que je n’ai déjà pas suffisamment de temps pour répondre à mes mails privés.
    Mais de ce point de vue, c’est vrai, c’est convaincant !
    Merci pour le partage de toutes ces idées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut