Comment bien choisir son nom d’expéditeur en emailing ?

La question est à la fois simple et complexe.
Il n’existe pas une mais plusieurs réponses.
Selon la qualité de vos campagnes d’emailing, vous découvrirez l’importance du nom de l’expéditeur. 
Laissons la parole à Marie et Xavier, les deux détectives de Blue-emailing, nous en dire plus. 
Xavier interroge Marie sur le sujet.
Elle nous indique tout d’abord ses astuces de tri.

Comment identifier tout de suite ses emails de valeur ?

Discussion autour du tri des emails

I Les règles générales de consultation

Xavier : Comment gères-tu de ta boîte aux lettres professionnelle ?

Marie :  je reçois une centaine de messages par jour.
En règle générale, je me connecte 3 fois par jour à ma boîte aux lettres professionnelle :

  • 8 h 30
  • 13 h 30
  • 18 h

Le soir, je jette un coup d’œil pour identifier s’il n’existe pas une urgence.
J’ouvre uniquement les emails de personnes connues et je les lis.

II Les 3 cas pour savoir si l’ouverture a lieu ou non

Xavier :  Comment traites-tu les emailings que tu reçois le matin et en début d’après-midi ?

Marie :  J’attends certains emails avec impatience car ils m’apportent de la valeur sous un angle original. De plus, je connais leur jour de réception.

II.1 Cas n° 1 – un nom d’expéditeur aimé

Le nom d’expéditeur me suffit à identifier ces messages.
Je ne regarde ni l’objet, ni le pré-header.
Je les ouvre directement.

II.2 Cas n° 2 – un nom d’expéditeur en dents de scie

Je connais l’expéditeur mais ses messages ne sont pas toujours intéressants.
Alors, l’objet et le pré-header deviennent déterminants pour savoir si j’ouvre ou non.

II.3 Cas n°3 – l’expéditeur inconnu

Il existe la problématique des destinataires inconnus. Alors, j’étudie toujours l’objet. S’il m’accroche, je poursuis ma réflexion sur le pré-header. pour prendre ma décision finale.

Conclusion : cette petite conversation démontre l’intérêt de trouver un bon nom d’expéditeur.
Chaque cas est unique, néanmoins il existe quelques grands classiques.

III 4 cas pour trouver le nom d’expéditeur de ses emailings

III.1 Cas n°1 – le grand compte ou la startup à fort développement

Le personnage fictif

Il a fort à parier qu’un personnage fictif sera créé car il est déconseillé d’utiliser une personne réelle.
Le cas de Veepee anciennement Vente-privee.com illustre parfaitement la situation.

Imaginons un instant Cécile de Rostand travaillant réellement dans la société.
Que se serait-il passé lors de son départ ?

Deux cas possibles :

  • un changement de nom,
  • un rachat pour continuer à utiliser son nom quand c’est possible.

L’accord parfait avec le positionnement

Il existe un autre point fondamental : la création d’un personnage fictif est obligatoirement en accord avec la cible.

Revenons au cas de Vente-privee.com

Au départ, le modèle économique de Vente-privee.com était celui d’un club très select de bons plans.

La cible constituait en des femmes actives disposant de revenus confortables : médecins, avocates, cadres supérieures…

Le nom Cécile de Rostand collait donc parfaitement avec ce positionnement.
Elle était l’amie qui écrivait à ses proches pour leur procurer de bons tuyaux. 

III.2 Cas n°2 – l’indépendant ou la petite structure

L’expéditeur est en général le nom du dirigeant ou de l’indépendant. Il peut être suivi du nom de la société ou du blog.

Les personnes adorent en connaître plus sur le créateur.
Ainsi, une relation se crée avec le destinataire.

Une personne tiers écrit parfois les messages.

L’essentiel est de mettre en scène le dirigeant ou le créateur.  

III.3 Cas n°3 – le nom de la liste de diffusion

Cette technique est très souvent utilisée par ce que l’on nomme poétiquement les ETI : les entreprises de taille intermédiaire. Certains indépendants en font aussi usage.

Quand vous vous inscrivez sur une liste, certaines ont déjà un nom.

Ce nom reflète le positionnement unique.

Par exemple dans le monde de l’information financière : La Chronique Agora
Le nom d’expéditeur utilise très simplement le nom de la liste.

III.4 Cas n°4 – la segmentation de la liste

Un même destinataire reçoit plusieurs messages différents de votre société.
Dans ce cas, la création d’un nom par segment est la solution. 

Je vous prends un cas gourmand, après les ETI, c’est normal.

Je me suis inscrite à une newsletter sur comment faire de la pâtisserie ?

Puis, je m’inscris toujours sur le même site à une newsletter sur les recettes à base de chocolat.
Exemple du nom de l’expéditeur :  Cyril Lignac | Chocolat

IV Quelques conseils et erreurs à éviter dans le choix du nom de l’expéditeur

Dans le monde enchanteur de l’emailing, nous avons un compagnon de route, un père fouettard :

les filtres antispam.

Pensez à toujours les intégrer dans votre réflexion.

Les 7 conseils et erreurs

  1. Limitez si possible votre nombre maximal de caractères à 21. Ensuite, vous risquez d’être tronqué. L’exemple sur Cyril Lignac fait 23 caractères, néanmoins le destinataire voit l’essentiel.
  2. Le nom est choisi sur du long terme ou au moins sur du moyen terme.
    Vous ne devez pas le changer à chaque envoi. Les filtres antispam n’apprécient pas une description d’offre en nom d’expéditeur.
    Exemple d’un nom d’expéditeur converti en offre : Magnolias -50%
  3. Indiquer uniquement un prénom très courant. Dans ce cas, le nom de famille doit suivre ou le nom du site ou du blog. Autrement, le nom d’expéditeur ne permet pas de vous distinguer au premier coup d’œil.
  4. Oublier de renseigner le nom d’expéditeur. Alors, votre adresse email apparaîtra. Élément peu vendeur.
  5. Mettre un nom d’expéditeur tout en majuscules pour le faire ressortir. C’est le passage en spam assuré.
  6. Le nom du personnage fictif ne colle pas à la cible.
  7. Accorder peu d’importance au nom d’expéditeur de vos messages et bâcler sa recherche en quelques minutes.

Conclusion sur le sujet du nom de l’expéditeur en emailing

Vous l’avez compris, plus la cible vous connaît et apprécie vos messages, plus le nom de l’expéditeur prend de l’importance.

Au final, il vient pratiquement gommer l’objet et le preheader.
Ainsi, il est donc essentiel de réfléchir à son choix et de le conserver le plus longtemps possible.
Les ouvertures riment avec la délivrabilité, la condition indispensable à tout succès de vos campagnes d’emailing.

Vous hésitez entre plusieurs noms.
Une petite astuce est de réaliser un sondage rapide pour connaître l’avis de votre liste sur son choix préféré.
Prenez donc du temps pour réfléchir à ce nom.

Actions - les choix à effectuer

Agissez - Mettez en pratique
  1. Le prénom, le prénom/nom, le personnage fictif ou le nom de la liste de diffusion,
  2. je rajoute le nom de mon site ou de ma société ,
  3. un seul nom est-il suffisant ?
  4. dans le cas de plusieurs noms, je complète par un qualificatif de segmentation.

Comment Accroître Durablement votre Taux d’Ouverture Emailing ?

Recevoir le message du mardi

Inscrivez-vous à la newsletter du mardi, vous y découvrirez les dessous de l’emailing. 
Recevez 9 astuces prêtes à l’emploi pour doper vos taux d’ouverture.

Envoi d'un message tous les mardis.

10 réflexions sur “Comment bien choisir son nom d’expéditeur en emailing ?”

  1. Très bon article, sur un thème peu traité, mais pourtant essentiel quand on veut faire vivre une base d’emails ! Pour ma part, j’ai opté pour le Cas numéro 2, mais je penses que j’avais un nom global un peu trop long, je vais le retravailler de ce pas ! Merci !

  2. Merci infiniment pour ces précieuses informations à mettre en pratique sans attendre. Je viens de télécharger vos 9 astuces et cela va grandement m’aider à développer mon audience. Encore merci !

    1. Tout dépend de votre prestataire d’envoi.
      Chez Sendinblue, par exemple, vous allez à droite tout en haut. Le même menu que profil.
      Chaque plateforme a ses spécificités.
      Autrement dans l’aide, vous cherchez Nom d’expéditeur, en anglais on le nomme le Name.
      Diane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut